Tom, 22 ans, addict à ses cours en ligne…

23h Tom ne dort pas. Il veut absolument finir son module de physique quantique. Equation de Shrödinger, invariance de jauge… Ok, allez, le quiz. C’est bon, il a son badge ! Il bascule sur le wiki où il collabore avec Dylan et Brenda sur le devoir de méca. 00h30, allez au dodo. Il va pour se déconnecter mais… Tiens ! une nouvelle vidéo sur le cours de physique fondamentale…

Ce serait génial si les étudiants étaient aussi accro à leur cours en ligne de trigonométrie ou de physique qu’à leur fil d’actu Facebook ou aux vidéos de YouTube ! Alors je me suis demandée comment certaines appli nous rendent “accro” et dans quelle mesure cela pourrait être intéressant pour une formation à distance.

Comment les appli nous “hooked” ou harponnent (tels de naïfs poissons) ?

Dans le cours d’openclassroom sur l’UX de Laurène Castor, j’ai découvert le modèle du crochet ou “Hook Canvas” de Nir Eyal, auteur du livre Hooked.

Selon ce modèle, les utilisateurs d’une appli en deviennent accro quand ils passent par 4 phases qui se complètent et se répètent en formant ainsi une boucle. Le “hook” d’un produit digital vise ainsi à développer un lien très fort entre le problème de l’utilisateur et la solution proposée par l’appli.

La première phase est l’élément déclencheur. L’utilisateur a un problème qui va le conduire vers l’appli. Ces déclencheurs peuvent être internes à la personne. Les plus puissants sont des états psychologiques ou des émotions (ennui, solitude, etc.). D’autres déclencheurs sont externes (publicité, bouton d’appels à action, etc.). Tous conduisent l’utilisateur vers l’appli, c’est le début de son expérience.

La deuxième phase est l’action. Une fois qu’il est sur l’appli, les concepteurs veulent que l’utilisateur passe à l’action. Il faut que ce soit facile et rapide. Scroller, swiper, le passage automatique à la vidéo suivante sur YouTube, l’achat en un clic, la simplicité du jeu Candy Crush…

Cette action donne lieu à une récompense variable, c’est la troisième phase. Le nombre de “j’aime”, un commentaire, une actualité drôle, des nouvelles d’un ami, un nouveau follower… On ne sait jamais ce qu’on va trouver exactement et cela pousse à revenir et à rester plus longtemps. L’utilisateur a toujours l’espoir d’une nouvelle ou meilleure récompense (tel le joueur de casino!). C’est aussi le moment où l’utilisation de l’appli provoque une sécrétion de dopamine dans le cerveau… (à voir sur le sujet : l’excellente série de courtes vidéos d’Arte “Dopamine”)

La quatrième phase, c’est l’investissement. En fin de parcours, l’utilisateur va fournir un petit effort pour avoir plus de chances d’obtenir une récompense plus tard : compléter son profil, s’abonner, publier une nouvelle photo… Cet effort permettra de le soumettre à de nouveaux déclencheurs qui le ramèneront vers l’appli… et la boucle est bouclée.

On veut de la récompense !

Ce modèle fait ressortir une notion fondamentale : la récompense.

Quand j’étais à l’école primaire, j’avais une institutrice qui donnait des images en récompense d’un travail bien fait ou d’un comportement qu’elle jugeait adéquat (une petite image par action, 5 petites images permettaient d’avoir une grande image, 5 grandes images pour avoir…). A vrai dire, je ne me rappelle plus vraiment de ce qu’il y avait sur ces images mais plutôt du plaisir que j’avais à les collectionner ! Bref, la récompense, on connaît ça depuis longtemps pour les enfants.

Avec l’avènement des jeux vidéos et sa conséquence, la gamification, c’est comme si les adultes redevenaient (ou étaient considérés comme?)….des enfants… 1 badge, 2 badges… 😉 Bon, en tout cas, en digital learning, il paraît que ça marche.

Un apprenant partage ses badges sur le groupe Facebook du MOOC auquel il participe. Il est alors à nouveau récompensé : par l’administrateur du groupe qui promeut sa publication à la une et lui donne un badge “étoile montante”+par les autres membres du groupe avec 10 “j’aime” et un commentaire.

Le badge suscite à mon sens un engagement ponctuel, de courte durée, car il correspond à une motivation extrinsèque. Quand on invite à le partager sur les réseaux sociaux, on actionne le levier de la reconnaissance sociale, de la compétition.

Mais quels sont les autres moyens qu’il est possible de mettre en place pour favoriser ce mécanisme de la récompense qui va engendrer un engagement durable de l’apprenant ?

Introduire de la surprise

Quand on s’intéresse aux mécanismes des appli qui cherchent à rendre accro leurs utilisateurs, on s’aperçoit que l’effet de surprise est important. Il semblerait que les stimulations qui nous motivent le plus sont celles qui sont nouvelles, c’est à dire de celles dont nous savons peu de choses et qui sont souvent inattendues.

Lorsque tous les modules d’une formation sont tous exactement construits de la même façon, c’est assez monotone… C’est le cas par exemple de l’appli Babbel que j’ai testée récemment : écouter/répéter les mots, compléter des phrases avec ces mots, les écrire lettre après lettre, etc… toutes les leçons sont exactement constituées du même enchaînement d’exercices. J’ai laissé tomber au bout de 3 jours…! 😉

Des idées :

Se former, ça peut être jouer (en apparence), mais c’est surtout entrer dans un processus de transformation durable. D’autres moyens, peut-être moins ludiques (mais essentiels !), vont permettre à l’apprenant de prendre conscience du chemin qu’il parcourt et le motiver à revenir pour avancer plus loin.

Permettre la prise de conscience des apprentissages

Maria Montessori disait que lorsqu’un enfant montre son dessin, il n’est pas forcément judicieux de porter un jugement comme “c’est très beau”. Il s’agira plutôt de décrire ce qu’on voit “je vois que tu as dessiné un bateau, tu as utilisé du rouge…” et lui demander s’il est content de lui, s’il est fier de son dessin. Cela lui permettra de renforcer davantage l’estime qu’il a de lui-même en évitant d’avoir toujours besoin de recourir aux autres pour cela.

On peut appliquer les mêmes ressorts chez des adultes. On pourra toujours dire “bravo” ou attribuer un badge parce que oui, bien sûr, c’est fun et ça fait du bien, mais le plus important sera d’aider l’apprenant à prendre conscience de ce qu’il a appris, de ses nouvelles compétences et capacités à gérer une nouvelle situation. Se voir progresser, atteindre ses objectifs… ce sont de sacrées récompenses aussi (sources de dopamine ? 😉 ) ! Le problème, c’est que pour maintenir la motivation, susciter un engagement constant de l’apprenant, il faut qu’elles se situent aussi à court terme, tout au long de la formation, et non pas seulement à la fin par l’obtention d’une certification ou d’un diplôme.

Des idées :

  • en début de formation : donner l’occasion à l’apprenant de réfléchir sur ses motivations, ses objectifs. L’apprenant doit savoir pourquoi il commence cette formation, quel est son objectif, à quoi il veut arriver, qu’est-ce que cela va changer dans sa vie professionnelle ou personnelle…? (>> un QCM pour cocher les objectifs qui l’intéressent, les compétences qu’il veut acquérir, un entretien individuel avec un tuteur)
  • au début de chaque module : exprimer clairement les objectifs d’apprentissage : vous allez apprendre à…; vous serez en mesure de… L’apprenant a besoin de savoir où il va, quel est son challenge. Mettre en valeur les connaissances, compétences acquises à la fin du module.
  • en cours de formation : rappeler à l’apprenant ses objectifs et lui donner la possibilité de mesurer le chemin déjà parcouru.
  • à la fin de la formation : formuler/verbaliser ce qui a été appris, reprendre les objectifs de début. C’est une sacrée récompense de savoir qu’on a atteint l’objectif que l’on s’était fixé (>> un espace d’expression libre, un QCM, un forum).

L’importance du tutorat en formations à distance est capitale pour cela. La motivation des apprenants vient aussi de la conception des activités pédagogiques (voir 10 conditions pour rendre une activité pédagogique motivante).

Qu’en pensez-vous ? Comment rendez-vous vos apprenants “accro” à vos formations ?

Photo : https://www.lifeofpix.com/photo/308-name6125-jj-jpg/#

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.